poèmes à deux balles

leur vie

plus rien ne compte
pour moi
autant que toi Marie
ton regard, ton parfum, ta voix
accompagnent désormais
chaque instant de ma vie

savoir que tu es là
que tu souris
sous le ciel de mon enfance
tout la bas, en Provence

puis j’y pense et je suis torturé
je souffre de ne vouloir casser
ce qu’avec une autre j’ai construit
pas ma vie
mais leur vie en entier


23 octobre 2002